ACSBE – La Place Santé
Vous pouvez prendre votre rendez-vous médical sur internet
Prendre rendez-vous en ligne

Nouvelle année, nouvelle étape !

janvier 6, 2014adminEditoCommentaires fermés
    Le passage à la nouvelle année est marquée à la cité du Franc-Moisin par la fermeture du cabinet médical du Docteur Paknadel, mon associé, et donc de moi-même. Après 35 ans d’activités médicales, une page se tourne. Les derniers jours furent marqués par la venue, souvent en famille, des patients pour dire au revoir. Ce fut un grand moment d’émotion où nous avons pu mesurer à quel point notre pratique de la Santé dans un quartier populaire nous avait permis de réaliser notre engagement pris à la création du cabinet en 1978. Ce dont les habitants nous ont remercié, ce n’est pas la qualité de nos diagnostics, ni même des traitements proposés, mais de notre accompagnement dans les moments difficiles de leurs vies, de notre engagement à leurs cotés quand ils étaient malmenés par les institutions, par le travail, par les accidents de la vie. D’avoir tout simplement été leurs médecins de famille.

    Maintenant nous passons le témoin aux jeunes médecins de la Place Santé. Ce passage, s’il est évident pour nous qui avons porté le projet de construction du Centre de Santé Communautaire, ne l’est pas pour les habitants. La question récurrente de ces derniers jours était « vont-ils savoir faire comme vous ? », « allons-nous retrouver à la Place Santé toute cette empathie, ce service, cet engagement que l’on pouvait trouver au 7ième étage du 41 rue de Lorraine ? ». Je me suis engagé pour leur dire que c’est ensemble que nous allons continuer à construire ces savoir-faire et ces savoir-être. Il faudra que les habitants apprennent aux jeunes docteurs, comme ils nous l’ont appris, à ne pas avoir une vision trop médicale, que prendre du recul vis à vis de la plainte qui motive la consultation est nécessaire pour mesurer toute l’ampleur du problème soumis au médecin. L’approche sociale, l’approche cultuelle, la dimension psychologique, font partie de la question médicale, cela ne s’apprend pas à la faculté et à l’hôpital, où la médecine est faite différemment pour répondre à d’autres problèmes. Nous pratiquons la médecine générale dans une dimension de Santé Communautaire, cela signifie que le soin est particulier. Il doit être émancipateur, protecteur, coordonné avec les autres professionnels du quartier. Cela s’apprend à chaque consultation, et cela fait maintenant deux années que les jeunes font cet apprentissage. Les médecins qui se sont engagés dans le projet de la Place Santé portent haut et fort ces valeurs, ils veulent pouvoir répondre aux besoins de santé des habitants, ils conçoivent leur travail en partenariat et dans l’action collective c’est pour cela qu’ils vont réussir, j’ai complètement confiance en eux. Et ils ne sont pas seuls, toute l’équipe est là pour les aider, le travail des médiatrices est un bien précieux pour eux, les ateliers collectifs sont des moments de ressourcement, la musicothérapeute, la psychologue, la diététicienne, la podologue, l’équipe de direction, les secrétaires et le conseil d’administration de l’ACSBE sont là pour tisser collectivement notre projet de Santé. Ils ont tous besoin de la confiance, de l’humour, du respect des habitants et cela demande de la part de toute l’équipe de l’humilité, de la pugnacité, et de ne jamais baisser les bras dans l’adversité même quand la maladie est bénigne, même quand le problème social est bénin.

    C’est une construction qui ne peut se faire que dans la confiance réciproque, il suffit ensuite d’y mettre de la compétence, de la persévérance et même de la tendresse et tout ce passera bien
    Ce sont les vœux que je formule en ce début d’année pour toute l’équipe de l’ACSBE, et pour les habitants de la cité : continuons ensemble à construire la Santé Communautaire nous en avons tous besoin.

    Bonne année !

Didier Ménard
Président de l’ACSBE-La Place Santé

Nous y sommes arrivés !

octobre 8, 2013adminEditoCommentaires fermés
    Le rapport du « Comité des Sages » pour une stratégie nationale de santé présidé par Alain Cordier l’a écrit, la Ministre Marisol Touraine l’a dit : l’avenir du système de santé passe par « outre des activités de soin, ces équipes pluridisciplinaires doivent développer dans le cadre de leur projet de santé des actions de préventions et d’éducation à la santé, en lien avec les priorités du Comité Interministériel de la santé et les priorités régionales. Elles doivent également créer des liens avec les secteurs médico-social et social. »

    Ce n’est pas à l’ACSBE que nous allons contester ces dires, puisque nous tentons avec la Place Santé de réaliser chaque jour ce projet de santé. Nous n’allons pas bouder notre plaisir d’entendre enfin dire, du haut de la tribune de la République, que le choix que nous avons fait est légitime et reconnu.
    Ceci dit, si nous l’avons fait depuis si longtemps c’est parce qu’il est pour nous difficile de faire autrement. Les valeurs que nous partageons de justice sociale, de lutte contre la discrimination, de solidarité, la conception que nous avons de la santé, c’est à dire la recherche d’un bien-être, et surtout la réalité des conditions de vie des habitants du quartier Franc-Moisin/Bel-Air nous impose de concevoir l’action de la santé dans le cadre de la santé communautaire.
    Construire des actions de soin, de prévention, d’éducation, d’accès aux droits ; d’organiser chaque année plus de cent ateliers collectifs, d’aider les habitants de notre cité à participer à ces actions et bien plus : de les co-construire ensemble, tout cela nourrit et donne le sens de notre exercice professionnel.

    Mais attention à ce que cette reconnaissance ne soit pas l’arbre qui cache la forêt des difficultés.
    Nous sommes soutenus, nous sommes financés par les institutions. Au sein de chacune d’elles des femmes, des hommes, nous accompagnent pour que nous réussissions notre projet, mais que le système est compliqué !
    Tout ce travail est extrêmement fragile tant les procédures sont compliquées, tant les femmes et hommes politiques qui décident, manquent de courage pour oser dépasser le stade de l’expérimentation.
    Nous en avons marre d’être expérimenté ! Depuis 20 ans, nous labourons le champ de l’action médico-sociale : l’heure est venue de tout basculer dans le droit commun.
    La politique de la ville et la politique de santé ne doivent plus être des politiques de secondes zones : les quartiers populaires, les associations qui y travaillent doivent se sentir soutenues par la République.

    Il n’est pas normal que nous redoutions chaque année, malgré tout nos efforts, le déficit financier. Ce n’est pas normal que les personnes qui travaillent à la Place Santé acceptent, pour faire vivre le projet, d’avoir des petits salaires.
    La République a le devoir de faire plus pour les populations défavorisés, d’aider davantage les associations qui apportent l’espoir d’un vivre mieux pour tous.
    La misère ne doit plus être notre quotidien ! Nous savons donner, nous savons recevoir, nous savons rendre, alors nous attendons que les décideurs politiques de ce pays fassent la même chose, et que la Ministre de la santé prenne des décisions dans ce sens.
    Et nous pourrons alors dire ensemble nous y sommes arrivés!

Didier Ménard – Président de l’ACSBE
Médecin généraliste sur le quartier

Être fier

juin 21, 2013adminEditoCommentaires fermés
    Les missions du centre de santé communautaire « La Place Santé » sont plurielles et variées. La conquête des droits sociaux par l’accompagnement des personnes par les médiatrices santé, la promotion de la santé par les ateliers collectifs animés par ces mêmes médiatrices, l’éducation thérapeutique du patient, la musicothérapie, la délivrance des soins, le café santé … Toutes ces actions s’inscrivent dans un territoire au service de la communauté des gens qui y vivent. Cela définit un territoire de santé, c’est à dire pour nous, un territoire où l’exercice de la santé est non seulement organisé entre tous les soignants de ce lieu – eux mêmes en lien avec les structures de soin et sociales de la commune. Mais cela est-il suffisant pour définir le territoire ? Certainement pas.
    Le territoire n’est pas seulement géographique et délimité par une frontière administrative, le quartier, la commune, la communauté de commune, le canton… et pour nous la cité du Franc-Moisin. Il est, ce territoire, un lieu de vie, un lieu chargé d’histoire qui s’est construit dans sa réalité sociologique et culturelle au fil d’un temps qui a donc connu des moments divers façonnant petit à petit la réalité d’aujourd’hui. Le Franc-Moisin est un lieu d’immigration depuis plus d’un siècle. D’abord la France de la misère, du sans-travail venant surtout de l’ouest, puis celle des peuples du sud de l’Europe en quête de travail et de mieux-être, et aujourd’hui du monde entier. Ne sommes nous pas dans la mondialisation de la souffrance ? Le territoire de santé c’est donc la vie, avec son quotidien marqué ici par la précarité, mais aussi ces moments de fêtes, ces moments de joies et de deuils, ces moments de grandes solidarités, ces inquiétudes sur un avenir incertain, tant urbanistique que social et politique. Quartier de résistance, il produit à la fois du mal-être et du bien-être, ce curieux mélange qui imprime la vie au quotidien.

    Pour une équipe de professionnels qui construit une action de santé sur un tel territoire, cela nécessite tout à la fois des savoir-faire et des savoir-être. Ces savoirs s’acquièrent aussi bien sur les bancs des universités que sur les bancs de la cité. Cette rencontre entre savoir profanes et savoir professionnels, entre mélange des cultures, entre apprentissages réciproques, produit l’offre de santé de la « Place Santé ». Que cela soit le temps du diagnostic, que cela soit le temps de la mise en œuvre de l’action, que ce soit le temps de la réflexion, de la recherche, le travail collectif est notre domaine. Sans lui point de salut et point d’action. Et tant mieux si les médiatrices, les secrétaires, les professionnels de santé, les personnels de gestion et d’entretien appartiennent à un même projet, une même histoire, si, de par le faire-ensemble, ils bousculent les représentations et les hiérarchies de valeurs qui n’ont pas lieu d’être dans la santé communautaire.
    Il faut donc sans cesse faire vivre ce collectif, se méfier de l’individualisme qui tente de s’immiscer dans le quotidien pour en dénaturer l’esprit et le sens, il faut se protéger des forces occultes qui tendent des pièges, tellement cette manière de faire perturbe l’existant et déstabilise les modèles d’exercices existants. Il y a encore trop souvent une personne de pouvoir qui, dans une institution, dans une administration, ne connait pas cette façon de faire de la santé et qui par crainte, par peur de l’innovation, refuse de nous aider.
    Qu’importe, cette santé communautaire n’est pas née d’une simple réflexion théorique, elle est la réponse à une situation de mal-être de toute une population, qui mérite bien qu’on invente pour elle une forme d’exercice de la santé qui lui apporte peut être pas la bonne santé mais en tout cas le mieux-être. De cela nous pouvons être fiers.

Didier Ménard
Médecin généraliste – Président de l’ACSBE

DÉÇUS ET EN COLÈRE !

mai 15, 2013adminEditoCommentaires fermés
    Nous ne pouvons exister et conduire notre projet associatif qu’en répondant aux appels d’offres qui financent les actions. Nous ne pouvons pas nous inscrire dans le droit commun car les pouvoirs publics nous maintiennent dans le champ de l’expérimentation. De ce fait, nous sommes dépendants de ces appels d’offres qui circulent et auxquels nous répondons quand ils peuvent nous permettre de réaliser une action qui rentre dans le champ de nos compétences et qui vient étayer le fonctionnement de l’association.

    Depuis plus de 20 ans, nous fonctionnons ainsi et nous connaissons toutes les différences et les variabilités de ces appels d’offres. Nous avons souvent des réponses positives mais nous avons aussi connu des refus. Ces refus peuvent être incompréhensibles au regard de notre proposition d’actions, ils peuvent être irrespectueux quand ils ne sont pas explicités, ils peuvent être aussi injustes quand le projet, mis en regard de l’appel d’offre, est dénaturé.

    Nous venons de connaître cette déception avec le refus d’appel d’offre fait par l’INCA (Institut National contre le Cancer).
    Nous sommes déçus du refus et en colère car la justification qui nous en est donnée révèle une fois de plus la méconnaissance de la réalité qui s’exprime dans ces procédures de financement du travail associatif dans ce pays. Cela concerne aussi bien la forme que le fond.

    Sur la forme :
    Nous ne pouvons que nous réjouir de la délivrance d’une explication qui justifie, du point de vue de l’INCA, son refus de soutenir notre action d’améliorer le dépistage du cancer du col de l’utérus chez les habitantes de la cité du Franc-Moisin.
    On nous explicite que notre projet a été étudié par des « gens » , qui sont ils ? deux rapporteurs ont donné leur avis et c’est de ces avis que le refus est prononcé. En ce qui concerne notre projet l’un, le rapporteur 1, donne un avis positif, le rapporteur 2 un avis négatif. Le constat est cruel, c’est celui qui dit non qui gagne, pourquoi ? Aucune demande de précisions, d’explications c’est comme cela ! Une/un inconnu décide que non. Cette forme de jugement au regard de la situation des femmes du quartier nous semble irrespectueux de notre travail. Certes l’INCA doit avoir ses raisons d’agir comme cela mais nous ne les connaissons pas et nous ne pouvons que regretter de ne pas mieux connaître la règle du jeu avant de répondre à l’appel d’offre,

    Sur le fond :
    Le rapporteur 2 justifie son avis négatif en répondant aux mêmes critères que le rapporteur 1, qui lui, les trouve bons. A la lecture de ces avis, il est évident que la lecture du projet est totalement différente. On perçoit des incompréhensions qui ne peuvent s’expliquer que par une représentation fausse de la nature du projet, d’une méconnaissance de ce qu’est la santé communautaire, que le raisonnement est très médical et peu social. On peut certes, nous reprocher d’avoir mal écrit notre projet, qui n’est lisible et compréhensible que par 50 % des auditeurs, il y a probablement du vrai, mais après 20 ans d’expériences nous ne sommes plus des acteurs naïfs.

    Nous savons que dans l’étude d’un projet d’action de ce type, certains y verront une innovation qu’il faut soutenir, là où d’autres y verront une action imparfaite parce que ne rentrant pas dans les critères standardisés et donc les nôtres seraient mal définis.
    Faut-il donc toujours rentrer dans les normes lisibles par les tenants de l’action classique pour être financé ? Il y a toujours un observateur, un examinateur qui projette son regard figé avec les seuls critères qu’il maîtrise et qui refuse de soutenir l’action de terrain.
    Nous sommes déçus de ne pas pouvoir conduire cette action de santé communautaire, nous sommes en colère car une fois de plus l’effort n’est pas fait pour regarder le travail associatif à partir de ce qui le fonde, mais à partir de ce que l’institution voudrait qu’il soit, c’est-à-dire un effecteur des politiques publiques.

Didier Ménard
Président de l’Acsbe-La Place Santé
Médecin généraliste

Comment mesurer ce que l’on fait ?

mars 25, 2013adminEditoCommentaires fermés
    Il est indéniable qu’il y aura toujours une grande différence entre ce qui relève de l’organisation de l’action vue par l’institution (administration) et par la mise en œuvre de cette action par les acteurs de « terrain ».

    Il n’y a pas d’adéquation entre ces deux logiques, tant la culture et l’organisation de l’action institutionnelle procèdent d’une démarche bureaucratique, ce qui s’oppose par définition, à l’action innovante du « terrain » qui elle, se développe dans une culture de l’expérimentation qui se cherche en permanence – le risque et l’incertitude étant alors ces composantes obligées.

    Pourtant, et ce n’est pas là le moindre des paradoxes, ces deux logiques ont besoin de marcher ensemble. La question est alors : comment trouver le point d’équilibre, quand d’une part des professionnels tentent – à partir de leurs savoirs – de construire une réponse à un problème qui est devenu leur quotidien et d’autre part, lorsqu’une institution – souvent sous injonction politique – tente elle aussi de trouver une solution au même problème ?
    Lire plus →

Page 3 sur 712345Dernière page »
ACSBE - La Place Santé
Du lundi au vendredi :
9h00 à 12h40 - 13h30 à 19h
Le samedi :
9h00 à 13h00
Consultations médicales
Du lundi au vendredi :
9h00 à 12h40 et 15h à 18h40
Le samedi :
9h00 à 12h40
Médiations individuelles
Le lundi :
9h à 12h - 15h à 17h
Du mardi au vendredi :
9h à 12h - 13h30 à 17h30
Le samedi :
9h à 13h
Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

ATELIERS COLLECTIFS

12 mars 201412 mars 2014
    Cher(e)s usagèr(e)s,
    Comme vous avez pu le constater, nos ateliers collectifs ont été suspendus depuis quelques temps, notamment pour des raisons d'effectif réduit. Nous ne vous en avons pas tenu informé sur notre site et nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.
    Ainsi, les ateliers reprennent leurs cours doucement et je vous invite à vous rendre sur notre page "Agenda" pour prendre connaissance des prochaines dates. Je vous rappelle que les ateliers sont accessibles à tous sur inscription préalable.
    Pour vous inscrire : 01.48.09.09.01 ou à l'accueil.
    Bien cordialement,
    L'équipe de l'Acsbe.

SYNTHESE – Atelier « Autour des budgets et financement » – Saint Denis – décembre 2013

14 février 201414 février 2014
(Atelier autour des aspects financiers-page à la une.pdf)27 professionnels de Régions et Ile-de-France se sont réunis les 6 et 7 décembre "Autour des budgets et financements", à Saint Denis.
Vous pouvez prendre connaissance de la synthèse de ces 2 journées en cliquant sur "Parutions et publications / Nos publications / Projets et publications collectives / Au niveau national"
Bonne lecture !

RECOMMANDATIONS – « Autour de l’Education Thérapeutique du Patient (ETP) » – Saint Denis – novembre 2013

27 janvier 201427 janvier 2014
Image reco ETP - novembre 2013L'atelier des 8 et 9 novembre "Autour de l'Education Thérapeutique des Patients" a réuni 15 professionnels exerçant en Ile-de-France et en régions.
Vous pouvez prendre connaissance des recommandations issues de ces rencontres en cliquant sur "Parutions et publications / Nos publications / Projets et publications collectives / Au niveau national"
Bonne lecture !

Des envies de cuisiner… et équilibré ?

9 janvier 20149 janvier 2014
LIVRET RECETTES CUISINE - version entrée plats desserts - PAGE DE GARDE
LIVRET RECETTES CUISINE - version entrée plats desserts - PAGE DE GARDE
Ça y est ! 2014 est arrivée, le livret recette 2012-2013 de l'atelier cuisine aussi !

  • Des recettes proposées et réalisées par les femmes, les hommes, les ados et les enfants...

  • Des ateliers animés par Augustine (médiatrice) et Marie (diététicienne)...

  • Un livret réalisé par Rosy, Israël, Chadia, Assimine, Kévin et Princesse...

  • Pour le retrouver, rendez-vous vite sur notre site : onglet "nos actions", "les actions collectives de promotion de la santé", "les ateliers cuisine", "pour plus de folie, de nouvelles recettes !"
    Régalez-vous bien!!!